« Il avait besoin de vivre dans le drame »

« Il avait besoin de vivre dans le drame »

Écrivain lui-même, Roger Grenier a été l'ami et l'éditeur de Gary pendant plus de vingt ans. Il nous a confié ses souvenirs.

Vous vous souvenez de votre première rencontre avec Romain Gary ?

Roger Grenier. Il venait de rentrer en France après le Goncourt pour Les Racines du ciel. J'étais journaliste à France-Soir. Un écho très déplaisant y était paru dans la rubrique « Les potins de la commère » : on y disait qu'il était étranger, avait toujours vécu à l'étranger, connaissait mal la langue française et que son roman avait été réécrit chez Gallimard par Albert Camus et Jacques Lemarchand. Or Camus avait un défaut : il ne pouvait pas s'empêcher de répondre lorsqu'on l'attaquait. J'étais devant le directeur du journal, Charles Gombault, lorsqu'il a reçu sa ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous