« Les mots sont à nous »

« Les mots sont à nous »

L'écrivaine américaine savait faire partager son exigence poétique quand elle s'adressait aux enfants, comme dans ce recueil de 1946, resté inédit en français. Les mots sont à nous, oui, et « il suffit de les tenir dans les mains pour jouer avec ».

Un soleil aimerait pouvoir se coucher quand il le souhaite. Un petit garçon seul au monde rencontre une ronce à l'air aimable. Un chien est pris par l'intense désir d'apprendre à lire. Une plume déchaînée fuit, bave et tache les doigts si l'on ne se montre pas ferme avec elle. Dans son Livre de lecture, Gertrude Stein développe une poétique destinée à la jeunesse. Ces fragments prennent une forme de comptines qui racontent de petites histoires, agrémentées d'illustrations candides signées Alice Lorenzi. L'ensemble a l'apparence d'un livre de contes anciens. On y repère la chaleur d'une voix qui lit, tout haut, quelques aventures - ici plus poétiques que narratives - avant le couc ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous