Ébranlés par Dalí

Ébranlés par Dalí

Le plasticien Richard Texier publie son deuxième récit. Il y mêle les souvenirs de ses premiers émois chromatiques (au fond de « la grande jarre du monde ») et la fiction d'un couple hanté par l'un des plus fameux tableaux de Salvador Dalí.

Richard Texier est le peintre épique de grandes cartes, de terres, de mers sous le ciel, sillonnées de signes. Marin, arpenteur et nomade d'un songe d'espace et d'empreintes. Un peintre écrivain, c'est toujours passionnant. À la différence des critiques d'art plus théoriques, il saisit son geste créateur à travers des images concrètes, des intuitions : créer, « c'est plonger la tête dans la grande jarre du monde ». Le Grand M, à cet égard, cherche au fond de la jarre l'origine des couleurs du peintre. Mais il combine cette mémoire à une révélation plus noire, plus romanesque, plus fantastique. C'est là que le roman s'emballe. Le coupable est un tableau fameux de Dalí, Le Gran ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous