Les Ateliers de Couthures tissent un nouveau journalisme

Les Ateliers de Couthures tissent un nouveau journalisme

Au journalisme indépendant, un festival indépendant : les magazines XXI et 6mois s'associent aux rédactions d'Internazionale, de Reportagen et d'Harper's Magazine afin de célébrer une voix libre et innovante, qui résonnera dans les séchoirs à tabac de la ville de Couthures. Une belle idée est née de l'action coordonnée des journaux XXI et 6mois, associés à trois journaux étrangers. Deux jeunes journaux se cachent parmi eux, tout comme les deux revues françaises à l'origine du projet. L'Internazionale, hebdomadaire italien, est spécialisé depuis 1993 dans l'actualité étrangère, et Reportagen, un journal suisse-allemand, se consacre aux grands reportages depuis cinq ans. Le Harper's Magazine varie quant à lui ses publications depuis plus d'un siècle, offrant l'opportunité de publier à de grandes plumes engagées tout en réalisant des reportages de fond. Ces rédactions prônent l'indépendance et défient les modèles médiatiques les plus répandus, certains refusant toute publicité. Elles confirment donc la réussite de leurs projets de presse désormais bien installés en quittant le papier pour prendre la forme d'un festival.

Leurs journaux sont accessibles à tous les lecteurs qui désirent une forme de journalisme des plus travaillées, et sans fioritures. Et leur festival se veut suivre la même ligne : de l'efficacité, de l'information, et une programmation variée et ouverte à tous. Ce sont des passionnés qui ont financé le projet sur la plateforme Ulule, qui a permis aux journalistes d'obtenir les fonds nécessaires à leur objectif.

L'idée initiale : créer un festival de journalisme vivant, en décloisonnant les disciplines qui l'entourent. Eloigner les visiteurs d'une vision détachée et imaginée du journalisme d'aujourd'hui, et ouvrir les voies, qui paraissent d'habitude inaccessibles, de l'investigation et des reportages de fond au grand public. Ce sont ainsi de nombreux rédacteurs qui organiseront plusieurs ateliers, installés dans les séchoirs à tabac de Couthures, petite ville bucolique au bord de la Garonne. Une centaine d'intervenants s'installera dans le village : reporters, auteurs, documentaristes, experts, musiciens, et même cuisiniers.

Auguste Scalbert présentera l'atelier "Les dérangeurs", avec Irène Frachon, docteure qui avait dénoncé il y a quelques années le scandale du Médiator, Azyz Amami, blogueur qui, pour certains, a été porteur de la révolution tunisienne, et Fabrice Arfi, journaliste de Médiapart qui a mis au grand jour les affaires Cahuzac et Karashi, entre autres. Un atelier sera consacré à l'Iran, dirigé par la journaliste Marion Quillard, qui invitera de nombreux spécialistes comme Jean-Pierre Perrin. L'Atelier "Des frontières et des hommes" présentera, à ceux qui ne le connaissent pas encore, Kamel Daoud, afin d'évoquer l'Algérie, mais aussi, selon la journaliste Léna Mauger, le dépassement des frontières matérielles et de celles qui parcellent notre esprit européen. Puisque qu'ici, "le journalisme pourra tout dire" (Marie-Pierre Subtil, rédactrice en chef de 6Mois), un atelier nommé "Un monde sous surveillance", dirigé par Mathilde Boussion, fera écouter aux visiteurs les voix des invisibles, afin de parler du terrorisme, et de la surveillance qui paraît aujourd'hui omniprésente dans nos sociétés occidentales. Mathieu Palin a lui invité des directeurs de prison ou des anciens prisonniers afin d'évoquer la vie carcérale, loin de tous les stéréotypes. Les nouvelles formes d'incarcération seront également au centre d'une exposition photographique pendant le festival, les images permettant de découvrir la prison de Bastoy, en Norvège, dans laquelle les prisonniers se promènent librement, tout en apprenant des gestes écologiques. Car le thème de l'écologie survole tous les ateliers du festival, surtout celui consacré aux révolutions alimentaires, présenté par Anne-Sophie Novel.

Le festival des Ateliers de Couthures offre une programmation variée pour ravir et amuser tous les curieux, mais surtout engagée, démolissant tous les préjugés qui entourent la profession de journaliste. Traitant de multiples questions de société, de la migration aux lanceurs d'alerte, par le biais du théâtre, de concerts, de cinéma, ou encore de la photographie, la programmation va réveiller les visiteurs endormis par les médias de masse, grâce à l'alarme entonnée par le journalisme militant.

Toute la programmation et informations concernant le festival : http://www.les-ateliers-de-couthures.fr