Amélie Nothomb, Stupeur et tremblements

Amélie Nothomb, Stupeur et tremblements

En 1990, Amélie entre dans une multinationale japonaise. Ayant grandi au Japon, elle connaît les rites et les codes de cette nation, mais Stupeur et tremblements est un adieu douloureux au pays de l'enfance. Dans l'entreprise Yumimoto, Amélie échoue à tout. Lettres incorrectes, photocopies imparfaites, calculs impossibles. Elle lit dans le regard de sa supérieure une sentence définitive sur sa personne : « À présent, j'ai compris : c'est une véritable handicapée mentale. » De blâme en blâme, Amélie finit par avoir la charge des toilettes du quarante-quatrième étage...

Dans les tréfonds du Japon

La romancière décrit la société ja ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous