Amos Oz, Une histoire d'amour et de ténèbres

Amos Oz, Une histoire d'amour et de ténèbres

Il s'agit de raconter une histoire, la sienne, l'histoire des siens. Lui est né à la veille de la guerre à Jérusalem, c'est un sabra (natif d'Israël), mais ses parents venaient de Vilno, ou Vilna ou Vilnius, c'est selon les occupations, en tout cas en Lituanie, ils venaient aussi d'Ukraine. Leur vie, leur drame, leurs exils, leurs joies, leurs rires, leurs peines, il raconte. Il les entend dans toutes les langues puisqu'à la maison on en parle et on en écrit une dizaine, mais il raconte ce petit monde tchekhovien dans une seule langue, la sienne, l'hébreu moderne. Ça n'est pas de l'Isaac Bashevis Singer ni de l'Albert Cohen. On n'est pas à Cracovie, ni à Brooklyn, ni à Corfou. O ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous