Andreï Makine, Le Testament français

Andreï Makine, Le Testament français

« Il est un air pour qui je donnerais/ Tout Rossini, tout Mozart et tout Weber,/ Un air très vieux, languissant et funèbre,/ Qui pour moi seul a des charmes secrets. » Traversé par ces vers de Nerval, Le Testament français évite avec un rare bonheur la pesanteur des romans d'inspiration autobiographique. Andreï Makine, né et grandi en Russie, comme son narrateur, partage avec lui l'angoissant privilège d'être bilingue. Il le doit à sa grand-mère française, Charlotte, femme d'exception : là où d'autres distilleraient haine ou mauvaise conscience, elle comprend, apaise. Pourtant, le passé qu'elle relate à son petit-fils est tissé d'atrocités : le lycée de Neuilly transformé en hôpi ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous