ANGOT, L'ULTIME HOLLANDISTE

ANGOT, L'ULTIME HOLLANDISTE

Christine Angot lance un appel au président de la République, qui ne brigue pas un deuxième mandat. Revenez ! lance-t-elle. « Ça tangue beaucoup trop Monsieur le Président. Qu'on se retrouve d'un côté, ou de l'autre, on est perdants. » Elle énonce deux fois un curieux « on est chez nous », calquant étrangement un slogan du Front national.

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous