Le Petit Robert devient quinquagénaire

Le Petit Robert devient quinquagénaire

Le Petit Robert célèbre son anniversaire avec une nouvelle édition. L’occasion de revenir sur le miroir qu’il tend à la langue et à l’époque.  

Cela va faire bientôt cinquante ans qu’il consacre aveuglément sa vie à cueillir et recueillir les mots pour vous les servir, vous les offrir, vous les faire lire ou juste découvrir. Cinquante ans qu’il est le fidèle observatoire de cette langue française. Cinquante ans qu’il est le témoin privilégié de son époque, le miroir authentique de ces générations qui défilent et dont il aime refléter les modes et tendances, les progrès et déchéances, les peurs et espérances. Les années sont passées, les mots se sont accumulés et déjà demain Le Petit Robert fêtera son jubilé.

Fondé en 1967 par le mythique Paul Robert et sa célèbre équipe de lexicographes dont la légende retiendra les prestigieux noms de Josette Rey-Debove, Henri Cottez ou encore Alain Rey, Le Petit Robert avait pour vocation initiale de rassembler en un seul volume les six que comptait alors le Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française.

Sans publicité ou presque, bénéficiant d’un stupéfiant bouche à oreille, passant des mains des enseignants à celles des libraires, le succès est fulgurant pour ce projet titanesque accouché en seulement vingt-quatre mois. Rapidement, il s’impose comme le dictionnaire de référence du monde moderne. Et la presse exulte : « Pour la première fois, un dictionnaire de la langue française n’a pas soixante ou cent ans de retard sur la vraie langue française vivante. C’est prodigieux. C’est une révolution. Une libération.» - titre en une Le Nouvel Observateur du 5 avril 1967.

Le Petit Robert est un pionnier. Il est le premier dictionnaire à intégrer l’usage quotidien du français dans ce qu’il a de vivant, à décrire le français de toutes les époques, de tous les milieux et de toutes les régions de France et de la francophonie. Un précurseur quand l’on pense à ses liens analogiques, ancêtres de l’hypertexte numérique d’aujourd’hui.

Cinq décennies et trois éditions plus tard, Le Petit Robert a grandi et grossi sous le poids des mots au point de devenir le plus scrupuleux laboratoire de la langue de Molière. Il a su s’adapter aux évolutions sociales, scientifiques et culturelles de son temps comme en témoigne sa longue liste des néologismes. C’est dans ce sens que Roland Barthes parlait du dictionnaire comme une « machine à rêver », à remonter le temps au travers des mots : « décolonisation », « Mai 68 », « électronique », « pollution », « sida », « multimédia », « Internet », « portable » ou encore « europhobe » et « post-vérité »… De « attaché-case » à « zénitude », des années soixante jusqu'à nos jours: un demi-siècle file sur ses pages.

À l’occasion de ses 50 ans, Le Petit Robert annonce la parution dès le 17 août 2017 d’une nouvelle édition anniversaire qui se déclinera sous trois versions. La nouvelle progéniture sera notamment illustrée par vingt-deux œuvres originales de l’artiste Fabienne Verdier commentées par le linguiste Alain Rey. Un voyage poétique au sein d’un dictionnaire qui se consulte comme il se contemple pour nous rappeler que les mots et la magie de leurs sens infinis ne sont qu’un gigantesque cadavre exquis.

Ruben Levy

Photo: Le Robert