Antonio Muñoz, Comme l'ombre qui s'en va

Antonio Muñoz, Comme l'ombre qui s'en va

Roman biographique ou autobiographique ? Antonio Muñoz Molina s'est engagé dans une périlleuse croisée des genres. Après avoir assassiné Martin Luther King en 1968, James Earl Ray avait fui à Lisbonne pour tenter de gagner l'Afrique. L'auteur andalou revient en 2013 sur les traces du meurtrier dans la capitale portugaise. Comme lesdites traces se font rares, il s'approprie le passé de l'assassin et plante son histoire dans la sienne : l'écriture d'un précédent roman ; et la quête de reconnaissance de l'écrivain finit par reléguer l'assassin au rang de personnage secondaire.

Comme l'ombre qui s'en va, Antonio Muñoz, traduit de l'espagnol par Philipe Bataillon, éd. P ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous