Florence Seyvos, La sainte famille

Florence Seyvos, La sainte famille

Rituellement, Suzanne compose le numéro d'une maison vide. Comme il n'y a plus personne, elle est enfin libre de se souvenir d'une enfance à la fois bourgeoise et bringuebalante, toute dans l'observation et la reproduction des rapports de pouvoir. Par petites touches, Florence Seyvos retrace une existence marquée par des adultes inconscients et perclus de peurs. Elle donne à voir des drames intimes dans leur quotidienneté et les mille et une résistances discrètes qui permettent de grandir quand même.

La sainte famille, Florence Seyvos, éd. Points, 192 p., 6,50 €.

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous