Régis Debray, Le Nouveau pouvoir

Régis Debray, Le Nouveau pouvoir

De toutes les figures de style, l'ellipse est certainement la préférée de Régis Debray. Elle se révèle insuffisante dans cet essai qui dépeint Emmanuel Macron comme l'incarnation d'une parenthèse « néoprotestante », au sens de l'évangélisme américain mondialisé, qui s'accommode bien des autoentrepreneurs en tous genres et de l'immédiateté des nouvelles technologies. En revanche, le philosophe atteint sa cible lorsqu'il met en évidence la déferlante évangélique mondiale. En France, les évangéliques issus par exemple du continent africain connaissent un essor tel qu'ils deviendront d'ici peu majoritaires parmi les protestants.

 

Le Nouveau pouvoir, Régis Debra ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous