Le Gueuloir

Le Gueuloir

Célèbre pour ses manuscrits ombrés d'une écriture dense et amplement raturée pour que n'en survive que la sève, Flaubert fut moins succinct et discipliné dans sa correspondance. Marcel Proust s'étonna de « la médiocrité » des lettres de l'auteur de Madame Bovary. C'était ne pas voir le défouloir formidable qu'elles représentaient. Le romancier y ouvre toutes les vannes, raillant à peu près tout et tout le monde. Rassemblées en un ouvrage, ses « perles de correspondances » sonnent comme des aphorismes souvent rageurs, parfois vulgaires, toujours irrévérencieux.

LE GUEULOIR, Gustave Flaubert, éd. Points, 150 p., 6,40 E .