Simone Weil, La personne et le sacré

Simone Weil, La personne et le sacré

Écrit à 34 ans, quelques mois avant sa mort en août 1943, La Personne et le Sacré constitue un condensé des réflexions de Simone Weil à cette époque et fait office d'introduction à L'Enracinement, son ouvrage posthume.

La jeune mystique entame ce court essai en démontrant que, s'il y a quelque chose de sacré en tout homme, ce n'est pas sa personne - notion avant tout juridique - mais bien l'homme dans son intégralité. Ainsi, le sacré logerait ailleurs : dans l'impersonnel - ce qui est commun à tous mais n'est pas communauté. C'est sur cette idée supérieure que Simone Weil entend refonder la question des droits de l'homme. Un bel antidote contre toutes les formes d'individualisme.

LA PERSONNE ET LE SACRE, Simone Weil, éd. Payot-Rivages, 88 p., 6 €.

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous