Tintin au féminin, la fake news qui sème le trouble

Tintin au féminin, la fake news qui sème le trouble

Depuis une semaine, l’affaire est sur toutes les lèvres, sur toutes les pages : Tintin est-il une fille ? À l’origine de ce débat, le philosophe Vincent Cespedes, le 19 septembre dernier, a publié un billet sur Facebook démontrant que « pour son créateur, Tintin a toujours été une jeune fille ».

Dans cette analyse, Vincent Cespedes s’appuie tout d’abord sur les traits physiques du personnage, un « Tintin aux joues pimpantes », pour faire planer le doute. Mais c’est avant tout sur des traits comportementaux habituellement associés à la féminité qu'il insiste, dans le contexte de l’époque à laquelle écrit Hergé bien sûr, et qui l’amènent à mettre en cause le véritable sexe du reporter belge. Se replongeant dans les premiers albums de la collection, il évoque la rencontre entre Tintin et Haddock (Le Crabe aux pinces d’or en 1941), quand le reporter dit au capitaine : « Il faut m’aider. Et d’abord vous allez me promettre de ne plus boire. Songez à votre dignité, capitaine. Que dirait votre vieille mère si elle vous voyait dans cet état ? ». Selon le philosophe, cet élan d'attention et de tendresse de la part de Tintin correspond à « la définition de la féminité par Hergé. »

À l’issue de cette publication, Vincent Cespedes a connu un tel élan médiatique qu’il s’est vu interviewé par des journalistes aux quatre coins du monde et de nombreux articles sont parus dans les titre de presse les plus importants. Ces derniers soulignent l’audace du philosophe qui soutient qu’Hergé et ses amis étaient « au fait du canular ». Néanmoins, réseaux sociaux obligent, les réponses des internautes se sont faites plus virulentes, niant en bloc les dires de Vincent Cespedes ou proposant d’autres théories. Parmi elles : Tintin est bel est bien un homme… gay. La question de la soi-disant féminité du personnage ne se pose désormais plus, mais sa proximité avec le capitaine Haddock qui, à la fin de la série, héberge Tintin au château de Moulinsart, demeure.

Visiblement surpris par tant d’échos, Vincent Cespedes a d’abord recensé sur sa page Facebook l’ensemble des réponses à sa théorie avant révéler ses réelles motivations dan une interview au Guardian. Plus qu’une simple question binaire sur le sexe de Tintin, le message du philosophe se voulait une interprétation sur l'art : « Tintin n’existe pas vraiment, c’est un personnage de littérature, un personnage artistique… Si tous les enfants d'aujourd'hui lisaient Tintin en croyant que c’est une fille, en l’espace d’une génération Tintin deviendrait une fille. »

Si l’image qui accompagnait sa publication comportait bien la mention « fake news » censée aiguiller le lecteur sur la véracité de ses propos, la quasi totalité des articles publiés l’ont passée sous silence. De son côté, Vincent Cespedes se targue d’avoir révélé une fois de plus la propension des médias à s’emparer d’une information, aussi approximative ou tendancieuse soit-elle, pour son potentiel à créer le « buzz ». L’histoire nous dira s’il s’agissait véritablement d’une entreprise philosophique ou si l’auteur n’a pas repensé ses intentions après coup.

Alice Chomy

Crédit illustration : Page Facebook de Vincent Cespedes