Chiffrer sa vie sous des grilles de lettres

Chiffrer sa vie sous des grilles de lettres

Des poèmes se présentant comme des carrés de onze lettres sur onze, entre autres contraintes : tel est le principe d' Alphabets. Simples jeux de mots ? Des maux cryptés bien plutôt.

« C'est comme dans un roman policier, à partir du moment où vous connaissez le coupable, cela n'a pas d'intérêt », disait Perec (1). L'auteur de La Disparition parlait de la contrainte, qui pourtant l'avait rendu célèbre. La virtuosité du manieur de mots, de son vivant, était ce qui venait d'abord à l'esprit quand un livre paraissait. Perec, dans cette remarque, expose un risque : que la contrainte capte l'intérêt du lecteur, qu'elle l'empêche de lire. Ainsi trouve-t-on ce commentaire : « Dans Alphabets, les lecteurs n'ont pratiquement jamais lu les poèmes comme des poèmes mais comme des exploits et ça c'est très gênant (2). » Parue en 1 ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous