UN POÈTE DANS LE VISEUR

UN POÈTE DANS LE VISEUR

En 1948, au Chili, le communiste Neruda doit se cacher. Entre l'écrivain et le policier chargé de le coincer s'installe un curieux jeu de miroir.

« Le Chili est une île », est-il à un moment remarqué dans Neruda, les Andes revenant à « un deuxième océan » qui enserre ce pays-littoral. À la fois immense et étroit, le Chili induit peut-être une distorsion des espaces, une difficulté particulière à distinguer le privé et le public, l'intime et le politique. C'est dans cette zone grise que travaille le cinéaste Pablo Larraín, cherchant le plus partageable dans le plus singulier de l'histoire chilienne (1) : là un fan de John Travolta devenant tueur en série sous Pinochet (Tony Manero, 2008), ici un employé de morgue confronté au cadavre d'Allende (Santiago 73, post mortem, 2010), ou encore le ...

Réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous