Jonathan Safran Foer, Me voici

Jonathan Safran Foer, Me voici

Dix ans après, le revoilà

Auteur avant ses 30 ans de deux romans consacrés, le quadra revient nous secouer avec un Great American Novel sur la dissolution d'un couple. Se démultipliant à travers au moins deux alter ego – un auteur et mari en crise, un adolescent obsessionnel –, il croise avec brio la petite et la grande histoire, digressions et dialogues ping-pong, tout en menant une réflexion à la fois drôle et audacieuse sur la judéité. Pour nous son meilleur livre.

Il fallait tout l'humour (juif ?) de Jonathan Safran Foer pour intituler son troisième roman (le premier en dix ans) Me voici, sachant que, s'il y en a un qu'on attendait au tournant, c'était bien lui. Étiqueté surdoué après les clignotants Tout est illuminé et Extrêmement fort et incroyablement près (2002 et 2005), qu'il a écrits avant ses 30 ans, puis mascotte bobo-bio avec l'essai douceâtre Faut-il manger les animaux ? (2009), cet ancien élève de Joyce Carol Oates et de Jeffrey Eugenides se trouvait à la croisée des chemins, à la limite de la pépérisation précoce – une adaptation en blockbuster avec Tom Hanks et Sandra Bullock, ça ne fait pas très Ph ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous