Juan Gabriel Vásquez, Le corps des ruines

Juan Gabriel Vásquez, Le corps des ruines

Fantômes colombiens

Deux assassinats politiques, l'un en 1914, l'autre en 1948, demeurent des trous béants dans la mémoire colombienne. En s'appuyant sur des enquêteurs fictionnels et des archives bien réelles, l'écrivain établit un lien entre ces deux morts, mais aussi avec d'autres illustres disparitions, de JFK à Lady Di en passant par Zweig ou Marilyn. Une ambitieuse méditation sur l'héritage et la mémoire, prenant la forme d'un polar borgésien.

Soit la mise en parallèle de deux assassinats politiques qui ont marqué l'histoire de la Colombie. Le 15 octobre 1914, le général Rafael Uribe Uribe, leader du parti libéral, est tué à coups de hache par deux artisans, Leovigildo Galarza et Jesús Carvajal. Plus de trente ans après, le 9 avril 1948, Jorge Eliécer Gaitán, candidat du parti libéral à l'élection présidentielle de 1950, est tué à coups de pistolet par Juan Roa Sierra, qui sera, à son tour, lynché par la foule. L'assassinat de Gaitán a déclenché une réaction populaire très violente, appelée le Bogotazo, à l'origine de la Violencia, longue période de troubles dans tout le pays. C'est autour de ces deux assassinats polit ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous