Marie-Hélène Lafon, Nos vies

Marie-Hélène Lafon, Nos vies

Fiction sur rue

Parisienne solitaire, Jeanne observe la vie des autres, devine, enquête, reconstitue, invente des destins et rêve leur rencontre. À travers cette sociologie intime, la romancière farfouille : que s'est-il passé, qu'aurait-il pu, qu'aurait-il dû se passer ?

De la vie qui chante autour d'elle, Jeanne interprète une partition à la fois fidèle et improvisée. Enfant, elle a appris à « faire exister les choses » pour sa grand-mère, morte une première fois quand elle a cessé de voir. À regarder pour deux. Elle s'est forgé, sur le monde et son petit théâtre, un regard prolixe et gourmand. Installée à Paris depuis plus de quarante ans, elle « happe des visages » dans le métro, dans la rue, « caracole en dedans », « s'enfonce dans le labyrinthe des vies flairées, humées, nouées, esquissées ». Ce mystère adorable de la vie des autres, elle le goûte et le traque, devinant, prolongeant et réinventant ce qui lui échappe. Un scénario que la narratrice écr ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous