Mario Bellatin, Empaillé suivi de Le Clerc de notaire Murasaki Shikibu

Mario Bellatin, Empaillé suivi de Le Clerc de notaire Murasaki Shikibu

Moi, l'écrivain fantôme

Deux textes aussi courts que denses, dans lesquels le Mexicain met en scène un double spectral et l'écriture elle-même, dans la lignée de Michaux. L'auteur déclare qu'il « déteste raconter » - alors qu'il réinvente cet art de bout en bout.

Avec Empaillé, l'auteur revisite ses propres livres et ses activités créatives. Il observe cette curieuse obsession dont il est affligé : l'écriture. La voix narrative du texte raconte comment l'écrivain Mario Bellatin entre en dialogue avec une sorte de double, « Mon Moi ? », et se sert de cette présence pour revisiter son oeuvre, les livres passés et les spectres qui le hantent. Le contenu se présente sous la forme d'un bloc de mots, et certains signes indiquent au lecteur là où il peut considérer qu'il y a un saut dans le récit ; une petite paire de ciseaux montre l'emplacement où l'on pourrait procéder à un découpage. À la fin du texte, une liste d'éléments remarquables du ré ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous