Olivier Guez, La Disparition de Josef Mengele

Olivier Guez, La Disparition de Josef Mengele

Vis ma vie d'ordure

Un écrivain retrace l'exil sud-américain de Josef Mengele, fameux médecin tortionnaire nazi qui ne se repentit jamais. La documentation est sérieuse, mais était déjà connue. Quelle est dès lors l'exacte nécessité d'ajouter un biopic à propos d'un tel monstre ?

« Seule la forme romanesque me permettait d'approcher au plus près la trajectoire macabre du médecin nazi », écrit Olivier Guez à l'issue de La Disparition de Josef Mengele, variation sur la fuite et la fin en Amérique du Sud du tortionnaire en chef d'Auschwitz. Les pouvoirs de la littérature ont beau être infinis, rien n'interdit d'être exaspéré par ce énième avatar du « biopic ». On connaît la recette : on prend quelqu'un de connu, on compile les bios, on scrute le journal intime s'il existe, on cherche des documents filmés sur la Toile pour peaufiner ses « effets de réel », on saupoudre le tout d'une pincée de fiction, et hop, le tour est joué. Une méthode éprouvée, vouée au c ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous