Vladimir Nabokov, Véra ou la ferveur

Vladimir Nabokov, Véra ou la ferveur

VLADIMIR NABOKOV partagea plus d'un demi-siècle d'existence avec Véra. Chaque séparation était l'occasion d'un échange de lettres. Celles de l'écrivain paraissent pour la première fois, sa veuve ayant en revanche détruit les siennes. Par-delà le seul intérêt biographique, une jubilation de l'écriture, une fantaisie enflammée et le fantôme désirable de la femme « résolue et hardie » qui inspira ces mots.

Comment devenir Véra Nabokov ? Est-ce désormais inconcevable ? Est-il définitivement trop tard, et sommes-nous condamnés, tous autant que nous sommes et serons, plus nombreux encore, à n'être jamais Véra Nabokov ? Or il est bien cruel de vivre sans cet espoir, sachant qu'une créature humaine connut en effet un tel destin, naquit Véra Slonim en 1902 et devint Véra Nabokov en 1925. Cette bonne fortune lui échut donc au détriment de tous les autres mortels. Elle prit la place et l'occupa si bien que plus personne après elle ne saurait la convoiter. Elle fut et demeurera la seule Véra Nabokov, qui profita de cette aubaine jusqu'à l'âge de 89 ans.

Pendant plus de cinquante années, elle ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous