Claude Arnaud, Portraits cachés

Claude Arnaud, Portraits cachés

Gueules d'anthologie

L'écrivain et critique livre une somme magistrale sur l'art du portrait en littérature : une anthologie des plus grandes plumes en la matière (de Montaigne à nos jours), mais aussi une histoire du genre qui dit beaucoup sur l'écriture à la française.

En 2006, Claude Arnaud se demandait Qui dit je en nous ? dans un essai sur la fabrique de l'identité où défilaient cas d'impostures et personnalités flottantes. Quelques années plus tard, dans Qu'as-tu fait de tes frères et Je ne voulais pas être moi, il dévoilait sa propre multiplicité : l'enfance à l'ombre d'aînés intransigeants et bien trempés et le désir d'endosser à rebours plusieurs existences. Repousser les limites du moi et s'autoriser, à chaque impasse existentielle, un pas de côté salvateur. Rien d'étonnant, donc, à le voir signer en cette rentrée une dense anthologie du portrait, genre par excellence de la construction de soi, sous le nez ou dans l'oe ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous