Bals masqués à Madrid

Bals masqués à Madrid

Dans l'Espagne post-franquiste, sur fond de série Z, un jeune homme enquête sur les moeurs d'un médecin. Il entraîne ce dernier dans les nuits de la Movida. Un récit initiatique, moral et politique, qui explore le « chemin fangeux » des compromissions passées.

À quoi sert-il d'être libre ? À être responsable de soi. Dans les régimes tyranniques ou autoritaires, par contraste, prime une forme de civisme pervers fondé sur la peur et sur l'acceptation collective. Être responsable ne consiste plus à assumer ses actes mais à les vivre sous la contrainte, ou, du côté du pouvoir, comme le résultat de privilèges indus. Commence alors le règne de la compromission. Mais que se passe-t-il une fois la tyrannie tombée, quand chacun se réveille libre, avec entre les mains l'héritage de ses accommodements ? « L'avenir était si tentant qu'il valait la peine d'enterrer le passé [...] surtout si ce passé menaçait de gâter cet avenir qui, en comparaison, semblait ...

Réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous