La zombie des nazis

La zombie des nazis

De dénis en hurlements, ce roman, inspiré d'une histoire vraie, donne voix à une femme surnommée la « Cannibale juive » : sous le nazisme, elle dénonce ses semblables pour les punir de leur « passivité ».

Quand on est née à Berlin en 1921, vivre peut devenir un crime. Au moment de quitter une existence exposée à tous les réquisitoires, Vera Kaplan décide de briser le « catafalque de (s)a mémoire meurtrie » : « (s')épancher pour partir intacte ». Dans ce martèlement d'une innocence coupable aux yeux de tous se tient le paradoxe tragique d'un ultime plaidoyer, qui nous emmène « au-delà de toute pensée humaine » : un texte des confins.

Cette destinée de vertige, inspirée d'une histoire vraie, est exhumée peu à peu : le lecteur suit le parcours du petit-fils de Vera Kaplan, qui, après la mort de sa mère, en 1998, trouve deux carnets envoyés par un notaire. Ainsi lit-on le commentaire de ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous