LE RAPPORT STEIN

LE RAPPORT STEIN

« Je t'avais bien dit que les types comme Stein détruisent l'équilibre. » Majorque, fin des années 1960, Pablo vit chez ses grands-parents et ne connaît ses parents que par des cartes postales envoyées des quatre coins du monde. Stein débarque dans sa classe au milieu de l'année, vêtu d'un pull rouge qui détone dans son terne collège jésuite. Dans le cocon familial de son nouveau camarade, il découvre un monde aux valeurs renversées. « C'était peut-être ça la vie, ne rien savoir de personne : ne rien savoir de personne, pas même de soi-même, et vivre comme si on savait. »

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous