Les yeux secs

Les yeux secs

Traducteur, critique et écrivain, Jean-Yves Masson restitue un ancien conte alsacien qui berça son enfance. On y apprend qu'être protégé de toute larme se révèle être une malédiction.

Il est rare qu'un don généreusement offert, un don qui aurait dû permettre d'accéder au meilleur, ouvre les portes au pire. Il n'est pas courant qu'un malheur soit en réalité une bénédiction. Cela arrive toutefois dans les contes populaires transmis depuis des siècles, qui savent effleurer du doigt la vérité de l'humanité.

Dans un pays où les paysans sont dominés par leurs maîtres et les seigneurs soumis au roi « vivait un couple que la vie n'avait pas épargné ». La terre était dure, l'eau manquait, les animaux mouraient, et leur fils unique était mort en travaillant à la mine. Alors que les gens raisonnables ne prêtaient aucune foi en la magie, le mari et la femme croyaient aux f ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous