LETTRES SUR LA SYMPATHIE

LETTRES SUR LA SYMPATHIE

« Rédigées en pleine tourmente révolutionnaire, les Lettres sur la sympathie avaient été, en quelque sorte, postées pour le temps d'après », prévient Jean-Claude Bonnet en ouverture de ce court ouvrage de philosophie morale ficelé par Sophie de Condorcet. Ce « temps d'après » pourrait notamment être notre époque où la solidarité et la fraternité - en un mot, la sympathie - sont quotidiennement mises à mal. Lire ce traité c'est en effet passer les actualités - tout particulièrement celles qui sont liées à la question des migrants - au tamis de certaines valeurs essentielles et s'armer contre ce que la marquise fustige plus que tout : l'insensibilité.

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous