Moi président, je soutiendrai l'édition

Moi président, je soutiendrai l'édition

Quelque 150 000 exemplaires plus tard, le livre d'entretiens avec François Hollande a eu des répercussions politiques inouïes et a fini de le discréditer, au point qu'il ne soit plus en mesure de se représenter. Retour sur une triple erreur.

« Un président ne devrait pas dire ça... » est le premier livre politique qui aura achevé de détruire l'image d'un président. Il faut prendre la mesure de l'affaire. Entre le projet initial des deux journalistes, « Éclairer les coulisses du pouvoir, être dans le secret des décisions », et le résultat, un livre qui a suscité un rejet quasi unanime, y compris dans le camp présidentiel, le gouffre est béant. Les auteurs voulaient traiter leur sujet avec une objective bienveillance. Il s'agissait de vanter Hollande, l'homme simple confronté au rude exercice du pouvoir. À l'arrivée, ils ont abouti au résultat contraire. Soit un grand malentendu qui s'est construit sur une triple mépri ...

Réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous