Trois fois Thomas

Trois fois Thomas

Un triptyque monumental suit les quêtes d'un homme en France puis au Cameroun. Sans doute l'un des romans les plus ambitieux parus cet automne : son exigence formelle tourne farouchement le dos à l'élégance classique.

Roman colossal affublé ailleurs de tous les superlatifs et retenu par tous les jurys des grands prix, Au commencement du septième jour, de Luc Lang, a divisé la rédaction du Magazine littéraire. En jeu, son écriture heurtée, âpre (s'il faut définir les écritures par les adjectifs qu'elles égrènent, celui-là s'y retrouve souvent), mais qui colle aux pensées de son narrateur, Thomas, un ingénieur qui appelle ses enfants « tigrichons » et ne lit pas, sauf quand son frère lui conseille Cormac McCarthy. En jeu également, certains procédés qui semblent provenir du Nouveau Roman : que Thomas s'amoche avec un tournevis, qu'il sillonne les autoroutes de France ou se balade au Cam ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous