Une fresque dopée

Une fresque dopée

Son premier roman, La Griffe du chien, racontait le duel d'un agent fédéral et d'un baron de la drogue. Seize livres plus tard, il reprend là où il s'était arrêté, pour un polar d'une rare ampleur, à la fois documenté et dantesque.

Il est des polars stendhaliens, comme ceux de Raymond Chandler, des polars balzaciens, comme la série 87e District d'Ed MacBain, et des polars tolstoïens, qui tentent en une oeuvre d'épuiser un sujet en lui donnant toutes ses dimensions possibles : Robert Littell avec la CIA pour La Compagnie, James Ellroy avec les années Kennedy pour sa trilogie Underworld USA, et aujourd'hui Don Winslow pour le trafic de drogue avec Cartel ont relevé le défi. Auteur de dix-sept romans, ce dernier avait déjà consacré à l'essor des cartels mexicains un premier roman, La Griffe du chien, qui racontait les trente ans de conflit entre un agent de la DEA (Drug Enfo ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous