Des flairs aiguisés

Des flairs aiguisés

Par les auteurs du Livre de la jungle et du Vieux qui lisait des romans d'amour, deux contes dont le narrateur est un chien observant les moeurs humaines - dans une famille britannique du XIXe siècle ou une communauté mapuche au Chili. Une invitation à décentrer notre regard et à interroger notre furieux désir de dominer.

Faire parler des animaux comme des hommes... Le Britannique Rudyard Kipling s'en est fait une spécialité. Dans Ce chien ton serviteur, écrit pour la jeunesse et récemment republié par L'Herne, il se glisse ainsi dans une conscience canine : celle de Botte, fox-terrier dans une famille britannique bourgeoise.

De son côté, le Chilien Luis Sepúlveda, passionné par la cause animale (Le Monde du bout du monde, sur le massacre des baleines, Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler), donne la parole à un chien recueilli par une communauté indienne dans Histoire d'un chien mapuche. L'occasion de comparer les visions que livrent ces deux ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous