Truman Capote, De sang-froid

Truman Capote, De sang-froid

Dans le premier numéro du Magazine littéraire, J. M. G. Le Clézio dit son admiration pour ce livre pionnier : un « romanquête » sur un fait divers - le massacre d'une famille par deux marginaux.

Le livre de Capote n'est pas un reportage. Capote ne s'est pas contenté de suivre une affaire. On peut dire aussi qu'il l'a conçue, orchestrée. Il l'a démontée et remontée selon une technique tragique qui lui est propre. S'il n'a rien inventé, s'il n'a rien altéré, il a néanmoins inséré l'histoire (son histoire) dans un cadre romanesque, où le temps, l'espace, l'action sont ses propriétés. Ses mots, s'ils n'ont pas trahi, sont des mots qui appartiennent à une oeuvre compl ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous