Spinoza : la dissidence en héritage

Spinoza : la dissidence en héritage

Spinoza est un descendant de la nação, ces juifs portugais convertis de force au catholicisme par le royaume lusitanien qui, restés clandestinement fidèles au judaïsme, ont finalement émigré. Une identité de « paria », complexe et conflictuelle.

Les études sur Spinoza soulignent souvent les importantes réminiscences de la communauté portugaise juive dans la constitution de sa pensée, que l'on décèle tant dans son vocabulaire que dans ses thèmes de réflexion et dans sa manière de les formuler. Dans les années 1920 est apparue une ligne d'interprétation, défendue par Carl Gebhardt dans ses éditions des écrits de l'hérétique Uriel da Costa (v. 1585- 1640), du mystique Léon l'Hébreu (v. 1464-1530) et de Spinoza lui-même. Selon Gebhardt, le philosophe aurait été l'héritier de l'expérience des marranes, juifs convertis de force par les Rois Catholiques, Ferdinand et Isabelle d'Espagne, et Manuel Ier du Portugal, devenus par là « nouvea ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous