Éric Vuillard : « Arracher un bout de vérité »

Éric Vuillard : « Arracher un bout de vérité »

Conjuguant regard de biais et concision ciselée, l'écrivain renouvelle la forme du récit historique. Après la conquête de l'Ouest, le Congo belge ou la Révolution, il décrit le marigot de complaisances et de lâchetés qui laissa advenir le IIIe Reich.

« Quelle passion de voir ! », pouvait-on lire dans La Bataille d'Occident, l'un des premiers livres à avoir fait connaître Éric Vuillard, en 2012. Énergique et superlative, la formule lui sied bien. Poète en ses films, l'écrivain constelle ses récits de descriptions, métaphores et allégories qu'enrichissent encore d'abondantes ressources iconographiques : clichés d'Amérindiens dans Tristesse de la terre, évocation du portrait de Pizarre dans Conquistadors, sinistres photographies de mains mutilées dans Congo, ou bonshommes de Bruegel dans 14 Juillet.

Dans son dernier livre, L'Ordre du jour - lequel raconte l'arrivée des nazis au ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous