Foules sentimentales... et commerciales

Foules sentimentales... et commerciales

Partant d'une enquête de terrain sur les hôtesses de l'air, la sociologue américaine ARLIE RUSSELL HOCHSCHILD distingue dès 1983 que les émotions n'échappent plus à l'économie de marché. Un livre précurseur, seulement traduit en français.

Notre entourage nous le répète assez, chacun « gère » ses problèmes, sa famille, ses amours, ses émotions. On aura beau s'irriter de l'emploi de ce terme administratif ou déplorer que le modèle du « management » ait achevé de s'appliquer aux choses les plus intimes, il n'est pas impossible que cette gestionnite soit le révélateur d'un mouvement réciproque : le surgissement des émotions sur le marché des services. Dès les années 1980, le travail de l'Américaine Arlie Russell Hochschild avait posé les premières pierres de ce qui allait prendre ce phénomène pour objet et devenir ce qu'on appelle la sociologie des émotions. Postulat initial : il existe un « travail » émotionnel. « Ce ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous