Imre Kertész, l'homme-texte

Imre Kertész, l'homme-texte

Disparu l'an dernier, le prix Nobel hongrois, rescapé d'Auschwitz, se voua à l'écriture pour témoigner, mais surtout dire une absurdité fondamentale et survivre tout en portant le deuil de l'humanité. Une biographie très complète de CLARA ROYER.

Imre Kertész a 14 ans en 1944 lorsqu'il est déporté à Auschwitz. L'adolescent, né dans une famille modeste et peu aimante de juifs néologues (1), parce qu'il est capable d'articuler le chiffre 16 en allemand est gardé en vie et transféré à Buchenwald. Il y deviendra un « musulman », un de ces déportés à l'instinct de survie aboli, devenus indifférents à leur souffrance. À la libération du camp en avril 1945, il doit réapprendre à vivre. Soigné, il retourne en Hongrie. Ce qui m'a sauvé, dira-t-il plus tard, c'est que j'avais encore mon Weltvertrauen (« confiance accordée au monde ») et que mon enfance peu heureuse n'était pas un paradis perdu. Il y retrouve une fa ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous