Intersections mathématiques

Intersections mathématiques

Placés sous le signe du chassé-croisé et des rendez-vous manqués ou différés, deux romans entrelacent fiction et mathématiques. Trouveront-ils l'équation de nos rondes existentielles ? « Le champ des possibles est un univers. Le hasard, c'est ce que nous pouvons en attraper. »

Si les êtres en eux-mêmes sont un enjeu romanesque, l'espace où ils se meuvent l'est aussi. Dans Les Harmoniques, son neuvième roman, le romancier et mathématicien Gérald Tenenbaum prend un malin plaisir à coudre l'histoire de deux duos qu'il fait entrer dans une frémissante ronde existentielle, nouant entre eux, au fur et à mesure, échos et correspondances, syncopes et flash-back, au gré d'une temporalité en spirale, entre 1994 et 2015. Le 14 juillet 1994, à Buenos Aires, la comédienne Keïla rencontre le mathématicien Pierre Halphen à l'ambassade de France. Ils passent une partie de la nuit à discuter et décident de se revoir. Mais la vie en décidera autrement. Comment retrouver ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous