JE CHERCHE L'ITALIE

JE CHERCHE L'ITALIE

Je cherche l'Italie aurait pu être un livre au ton professoral, accumulant les références érudites ; bien au contraire, Yannick Haenel est revenu de ses quatre années passées à Florence avec un essai flâneur, enjambant les différents registres pour s'autoriser un fructueux éparpillement. Du paysage urbain et social écorché par la crise aux extases attisées par l'omniprésence des arts, de la trivialité d'une vie racontée parfois dans sa quotidienneté à l'obscénité polluante des bunga-bunga, l'Italie que cherche l'écrivain français semble tour à tour chimérique et asphyxiante ; à la fois inactuelle et, pourtant, capable de devenir la métonymie d'un monde en crise qui, lui aussi, se ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous