Jean-Jacques Schuhl, Ingrid Caven

Jean-Jacques Schuhl, Ingrid Caven

Une nuit de Noël 1943, au bord de la mer du Nord, une enfant de 4 ans chante « Douce nuit, sainte nuit » devant les soldats allemands. Cinquante ans plus tard, chanteuse et actrice célèbre, elle donne un récital à Jérusalem. Entre ces deux dates se déploie la vie d'Ingrid Caven, un temps épouse du cinéaste Fassbinder et compagne d'un auteur qui, sous le nom de Charles, ressuscite, sur un mode zigzaguant, le parcours d'une vie et le climat d'une époque - celle dont, plus de vingt-cinq ans en arrière, Jean-Jacques Schuhl avait fixé l'essence dans Rose poussière. Des scènes surgissent dans le sillage d'Ingrid Caven où des figures connues agrémentent le tour de piste. Fassbinder qui, ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous