Les écrivains lisent-ils encore ?

Les écrivains lisent-ils encore ?

Un écrivain est d'abord un lecteur. Mémoires, biographies et journaux intimes nous ont suffisamment renseignés sur l'infini compagnonnage de tout écrivain bien né avec les livres des autres pour qu'on en doute. Encore faut il distinguer les classiques des contemporains. Certains ne lisent que les premiers, d'autres n'en ont que pour les seconds, plus rares sont ceux qui vont des uns aux autres. On en connaît même, tels Pascal Quignard et Pierre Michon, qui se présenteraient volontiers comme « lecteur » plus que comme « écrivain » si cela ne prêtait à confusion. Les plus lucides sur leurs propres limites savent que leur capacité à renouveler leur stock syntaxique s'épuise, craignent que le ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous