La caméra cachée

La caméra cachée

« Je me crois surtout influencé par le cinéma et sa technique », confessait l'écrivain qui, en effet, dans ses textes, se révèle tour à tour chef opérateur ou monteur. Grand cinéphile, il a collaboré à plusieurs films et s'est même essayé à la réalisation.

« Regarde de tous tes yeux, regarde ! » Ce titre d'un des chapitres de Michel Strogoff, de Jules Verne, était placé en exergue de La Vie mode d'emploi. Georges Perec, sans nul doute, avait une grande acuité visuelle, notamment exercée dans les salles obscures. Comme beaucoup de jeunes gens de sa génération, il fut très cinéphile. Sa correspondance avec Jacques Lederer, divers témoignages, ainsi que son texte « J'aime/J'aime pas » (L'Arc n°76, 1979) autorisent à considérer comme autobiographique ce passage des Choses : « Ils avaient une forte prévention contre le cinéma dit sérieux, qui leur faisait trouver plus belles encore les oeuvres que ce qualifica ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous