Dostoïevski, le génie dépenaillé

Dostoïevski, le génie dépenaillé

Quel est le plus grand roman de tous les temps ? Ce n'est pas parce que cette question est idiote qu'on ne la pose jamais, surtout quand on est journaliste. D'une année à l'autre, la réponse de l'interlocuteur variera. Une fois, il dira L'Étranger d'Albert Camus. Une autre, Anna Karénine de Tolstoï. Une troisième, Le Père Goriot de Balzac, à moins que ce soient Les Grandes Espérances de Dickens, un Georges Simenon, un Carson McCullers ou un obscur auteur guatémaltèque. Nos livres préférés changent avec l'âge, l'humeur, les saisons.

Au temps où, jeune journaliste, j'interrogeais régulièrement les grands écrivains sur leur roman favori, Crime e ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous