La Ciotat, celle qui revit

La Ciotat, celle qui revit

Rares sont les villes qui s'offrent ainsi, faisant réellement face à la mer.

En Méditerranée, il y a deux manières d'aborder une ville : soit par la mer, soit par la route. Mais les villes côtières s'offrent mieux approché es par le large. Aux rangs des somptueuses abordables, il y a par-dessus tout Gênes, Nice, Bonifacio, Catane, La Valette, Palma, tout un album de façades maritimes. Si Portbou se débusque par le haut, offrant au détour d'une courbe l'irréalité de ses faisceaux de rails scintillants, La Ciotat est de ces villes qui éblouissent quand on les aborde en bateau. Même si sa gare est astucieusement nichée dans les hauteurs, très loin du centre, c'est par la mer que La Ciotat s'avance idéalement. En venant de l'ouest, avec l'île Verte en point de mire, o ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous