LA DÉSOBÉISSANCE CIVILE

LA DÉSOBÉISSANCE CIVILE

En cette année d'élections, Gallmeister a la bonne idée d'offrir une nouvelle traduction du célèbre traité de Thoreau. Une version très littérale existait déjà aux Mille et Une Nuits (1997). Celle que propose Jacques Mailhos s'octroie davantage de licence sans trahir l'esprit de l'auteur. Le principal apport : là où les infinitifs abondaient dans la précédente version, la nouvelle traduction conjugue et désigne le citoyen comme acteur de la vie politique. Le traité gagne ainsi en force.

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous