LA FAUX SOYEUSE

LA FAUX SOYEUSE

Dans la lignée des premiers Vincent Ravalec (Vol de sucettes, Recel de bâtons) mais dans un style sombre et célinien, Éric Maravélias raconte la triste trajectoire d'un jeune héroïnomane parisien des années 1980-1990 et, partant, de toute une génération. Hauts lieux (l'îlot Chalon), recherche de plans, visages d'amis perdus, de belles filles qu'on aurait voulu garder loin de la mort en poudre, et tout ce qui va avec. Il existe, n'en déplaise aux bien-pensants, une culture de la drogue... Par la grâce d'une écriture capable de dire tout aussi bien les sombres ciels suburbains que les orages intérieurs qui traversent son narrateur, Maravélias parvient à la partager.

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous