La langue et le palais

La langue et le palais

En 1891, un commerçant italien publie une somme mêlant recettes de cuisine et vulgarisation de tous les savoirs ayant trait à la nourriture. Pour la première fois traduit en français, ce livre est toujours une institution en Italie. Vingt ans seulement après l'unification de son pays, Pellegrino Artusi a sans doute contribué à celle de la langue et de la culture nationales, avec l'art culinaire comme ciment.

Les belles-mères l'offraient systématiquement aux jeunes mariées, et il garde encore aujourd'hui une place de choix dans tous les esprits, si ce n'est dans toutes les cuisines. Car « L'Artusi », comme l'appellent communément les Italiens, édité en 1891, fut le premier manuel de cuisine à rassembler des recettes de toutes les régions d'Italie, retranscrites dans une langue claire et compréhensible par tous, à l'époque où, « tous les cinquante ou cent kilomètres de la côte tyrrhénienne ou adriatique, la soupe de poisson changeait d'ingrédients et de nom », explique son biographe, Alberto Capatti. L'auteur, Pellegrino Artusi, fils de négociants de Romagne, autodidacte féru de sciences et ama ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous