La littérature contaminée

La littérature contaminée

La littérature comparée devrait ouvrir un champ d'investigations de nature épidémiologique. Si nous avons peu de récits sur la grande peste noire ; si la syphilis resta discrète en maniant la plume ; s'il n'y eut que Giono pour donner des ailes à un hussard pour échapper au choléra, les choses ont bien changé. Encore que le siècle des mouchoirs, le xixe, résonne du discret toussotement de héros qui crachent leur vie dans la batiste. Mais le stress, les cancers et le sida ont dévasté la littérature comme jamais.

Serait-ce qu'il existe des affections plus bavardes que d'autres ? Au contraire des idées reçues, ce n'est pas la douleur qui est muette, c'est le bonheur, si beau et si ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous