La nourrice fondatrice

La nourrice fondatrice

Durant la Seconde Guerre, une fillette non désirée est confiée à une âme simple et généreuse. Elle découvrira plus tard l'hypocrite haute bourgeoisie dont elle est issue. Devenue écrivaine, elle se jure de retrouver cette mère adoptive qui avait su l'aimer.

Il était une fois une fillette de la bonne société abandonnée à sa naissance par les siens et élevée par une âme simple. Une petite Bretonne, une orpheline que les religieuses ont éduquée au métier de brodeuse dans un couvent de Brest. Vertueuse, discrète, sans ressources, elle sera parfaite pour élever en secret, dans la Creuse, l'enfant indésirable. Nous sommes avant-guerre. En ce hameau de trente et une âmes serrées autour de son église, dans cette France qui ressemble à celle de George Sand, agreste, intouchée, le curé hisse le soir une lanterne afin d'aider les morts à retrouver leur chemin. Six années durant, l'enfant, prisonnière d'un monde enchanté, apprend avec Emilia, dite Yaya, ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous